Actualité
Biographie & CV
Démarche
Paysages
Peindre la Chair
Peintures Murales
Buon Fresco
Bibliographie
Contact


PRINCIPALES EXPOSITIONS 2007-2013

 


EN 2013

annonceexpotraverses

Pour télécharger le communiqué de presse de l'exposition "Traverses", cliquer sur l'icône logo gif



Hôtel d'Agglomération de Bezons, du 28 mai au 14 juin 2013, Rev'Arts, 7è édition de la biennale de Bezons,


Les deux rives

Ronan Le Grand, commissaire de la biennale de Bezons, a choisi de présenter le travail d'Isabelle Bonzom
à travers trois peintures de différentes époques, mais toutes de format carré.

after the moma


EN 2012


Du 16 au 24 novembre 2012, la Galerie Peirce a présenté une exposition personnelle d'une quinzaine de peintures d'Isabelle Bonzom

PASSAGE

Galerie Peirce, 4 rue Quentin Bauchart, 75008 Paris




ART ÉLYSÉES

Foire d'art moderne et contemporain
Champs Élysées, du 18 au 22 octobre 2012

Avec la GALERIE PEIRCE


À partir février 2012, Boissière-Gomendio-Art contemporain a représenté la peinture d'Isabelle Bonzom à l'occasion de l'exposition collective Urbanité



EN 2011


Un artiste, une oeuvre

Septembre 2011, Galerie Briobox, 67 rue Quincampoix, Paris




EN 2010

Du 22 mai au 29 août 2010, la Ville des Herbiers, en Vendée, propose une exposition sans précédent

Jouvences

Carte blanche au critique d'art Pierre Sterckx

Deux peintures d'Isabelle Bonzom sont présentées dans cette exposition
qui réunit pour la première fois certains des plus grands noms de l'art contemporain actuel, tels que
Wim Delvoye, Tony Cragg, Julie Mehretu, Christopher Wool, Charles Sandison et Eric Fischl.

David Rautureau, responsable des expositions au Château d'Ardelay, centre d'art de la Ville des Herbiers, a invité le critique d'art Pierre Sterckx à être le commissaire d'exposition de cet événement d'art contemporain exceptionnel.

"On y a rassemblé des artistes très différents de style et de générations, dont le point commun est le refus de la morosité ambiante", confie Pierre Sterckx."Tous, en effet, témoignent d'un art contemporain vitaliste, c'est-à-dire, suscitant des perceptions intensément vécues... Face à la pulsion de mort ambiante, Jouvences n’oppose cependant pas une superficielle euphorie hédoniste. Il y a de la gravité dans cette joie exposée."

Pierre Sterckx écrit dans le catalogue de l'exposition Jouvences, Isabelle Bonzom "a développé en une vingtaine d’années des thèmes aussi divers que des architectures urbaines, des paysages arborés, des vues dans le métro, des viandes et des nus. Mais l’invariant qui traverse tout cela est celui de l’incarnation. Comment incarner la mouvance de la vie et l’intensité de la chair ? Plus précisément, Isabelle Bonzom peint le devenir fluide de la chair, la tourmente et la turbulence des corps, leurs passages. Elle prolonge une quête qui commence avec le Caravage et Gentileschi, se poursuivant avec Chardin et Bonnard".


Isabelle Bonzom a déjà été invitée au Château d'Ardelay par David Rautureau, en 2003, pour une exposition personnelle intitulée "Corps-à-corps, terre-à-terre", rétrospective présentant environ 70 peintures. Pour Jouvences, Pierre Sterckx a choisi des peintures récentes de la série des Cascades.


Le 4 juin 2010, conférence d'Isabelle Bonzom au Château d'Ardelay : "Délicieuse gravité: La jubilation de la peinture"

La jubilation en art est une affaire sérieuse, Isabelle Bonzom a livré une réflexion sur la notion de vitalisme et de chute. Elle a évoqué son parcours d'artiste et sa démarche, puis elle a fait part des correspondances qu’elle entretient avec le peintre et sculpteur Eric Fischl dont la Tumbling woman était également visible dans Jouvences. Le titre de cette conférence est tiré d'un essai sur la peinture d'Isabelle Bonzom écrit par l'universitaire franco-américaine Annette Smith de California Institute of Technology (Caltech):

"Pluies de feuilles en des couleurs variant au cours des saisons, profondeurs de ramures disparaissant dans le néant, minuscules joggeurs à peine distincts des troncs d’arbres. Une foule, feuillage humain dévalant l'escalier d'un métro. Un monde en perpétuel surgissement, créé par quelque Danaé?
Encore étrangère à son oeuvre, je veux savoir pourquoi Isabelle Bonzom peint en touches floconneuses qui donnent l’impression de sentir le pinceau se ruer vers le bas, peut-être vers quelque dissolution finale. Elle ne sait pas, dit-elle après réflexion. Au même moment, chez elle, je me trouve près d'une table où sont disposées des pierres, l’une d’elles en équilibre précaire, au bord de la table. Instinctivement, je la repousse vers le centre. “Non, non,” proteste Isabelle. « J’aime que les choses soient proches de la chute.” Ah! Nous y voilà ! À cet exquis et délicieux moment qui fait peur, où la gravitation l'emporte sur la gravité. N’est-ce pas Montaigne qui disait que là où tout tombe, rien ne tombe?"


Lire à propos de la conférence Délicieuse gravité



Group Show

La peinture d'Isabelle Bonzom a été montrée à la Galerie 1-2-3, à Séoul
du 22 février au 23 mars 2010

123 Gallery
123-45 Gaid Building, Chungdamdong Gangnamgu, 135-100 Séoul/South Korea



À Paris, du 26 novembre 2009 au 23 janvier 2010, la Galerie Peirce a présenté son

Winter Show

Exposition collective d'artistes historiques ou vivants dont
Léger, Doré, Van Velde, Vieira da Silva, Balthus, Debré, Bond et Bonzom




EN 2009


Du 7 au 23 mai 2009, la Galerie Peirce a présenté
la peinture d’Isabelle Bonzom à travers l'exposition personnelle:

Trans-Paysage

Une quarantaine de peintures composait cette exposition qui traitait des translations, des transports et des transformations dans le paysage. Chantiers, vues urbaines, paysages industriels ou agricoles, espaces façonnés par l'homme, traversés par lui sont les sujets abordés par ces peintures. Le spectateur a découvert un parcours pictural qui se développe depuis plus de dix années sur ce thème iconographique.

Pour télécharger le Dossier de presse de l'exposition Trans-Paysage, cliquer sur l'icône

"Au-delà des images : trans-paysages ou le monde d'Isabelle Bonzom"

Extraits de l'article d'Axelle Emden paru dans Culture&Cie en mai 2009, à l'occasion de l'exposition Trans-Paysages:

"Dans le travail d’Isabelle Bonzom on lit à peu près l’inverse que ce que le monde nous raconte et nous répète à l’envi : l’espace intermédiaire est essentiel, bourré de sens car encore vide de cette fonction de rentabilisation du temps. Encore vide d’utilisation – pas encore pur moyen. Reste la fin donc, le « telos », le chemin. Le but. On est dans un chantier comme vers un but. Et dans le vide pourtant, laissé au flottement. C'est sans but qu'on atterrit dans un chantier d'ailleurs. Et c’est poétique un chantier"

 

 


Du 26 novembre au 5 décembre 2009,
la Galerie 123, à Séoul, a présenté la peinture d'Isabelle Bonzom durant la

Chung Dam Art Fair

123 Gallery
123-45 Gaid Building, Chungdamdong Gangnamgu, 135-100 Séoul/Korea


Du 11 mai au 12 juin 2009,

The Cure
1.2.3 Gallery, Séoul, Corée du Sud


La galeriste Moonshin Kim et la commissaire d'exposition Eunju Park ont organisé,
à la Galerie 123, à Séoul, l'exposition

réunissant
deux artistes coréens, le sculpteur Yanghoun No et le photographe Jaewook LEE
et, pour la première fois en Corée, Isabelle Bonzom, présente avec 5 pièces importantes.

“Dans nos sociétés construites sur les valeurs du travail et de la productivité et focalisées sur la consommation à outrance et les apparences, le travail d’Isabelle Bonzom ouvre de nouvelles voies intérieures et spirituelles. Son art est une sorte de réflexion à travers la peinture qui remédie au stress de la vie. Il revitalise en offrant un espace et un temps propices au repos et à la méditation de l’esprit.
Pour Isabelle Bonzom, un rôle important de l’art est précisément de réconcilier, de panser les plaies psychiques, émotionnelles et spirituelles, mais aussi de donner à penser, à méditer. Une partie de son travail est d’accueillir les bonnes énergies et de les laisser circuler dans sa peinture.
Face à une œuvre d’Isabelle Bonzom, la première forte impression est due à la couleur et au thème abordé. Ensuite, le spectateur peut y percevoir une vision aimante qui élève l’esprit. Une vision englobante, un désir d'union avec la nature se dégage. Les peintures d'Isabelle Bonzom engendrent une sensation de bonheur et d’émerveillement. Elles nous réjouissent et nous entraînent à remercier d’être vivant et d’être ce que l’on est aujourd'hui"

écrit Eunju Park, commissaire d'exposition

EN 2008

Du 2 au 6 octobre 2008, une vingtaine de peintures d'Isabelle Bonzom a été présentée par la Galerie Peirce
à la foire d'art moderne et contemporain
ART LONDON
Royal Hospital, Chelsea, SW3, Londres, Grande-Bretagne
www.artlondon.net


"La route est comme un choc. Les paysages de campagne sont eux-mêmes coupés par un chantier. C’est l’autoroute en construction qui passe. Alors, ça coupe la terre, la fend en son sein comme un soc et cela va plus profond encore.
Isabelle Bonzom oppose les surfaces, l’une fluide, l’autre non et les coloris aussi : chauds, froids, sourds, vifs. Elle se plaît à produire, sinon un, mais des contrastes marqués et sa palette monte en gamme, en éclat. Maintenant elle oppose les matières et les tons. La lame du pinceau a laissé une entaille noire dans les chairs du support"
écrit l'historien d'art Vincent Cristofoli

"Lorsque je peins, j'essaie de garder l'esprit ouvert. Alors, différents thèmes sont possibles car mon regard se porte sur mon environnement sans esprit de hiérarchie. Ma perception est sensible aux lumières, aux sensations, à la puissance visuelle. Ainsi ai-je été amenée à peindre des scènes de chantiers, au même moment que des séries de viandes et de nus. La terre est un corps. Ces excavations révèlent la terre, la mettent à nu. La fosse est un gouffre, une caldera, un cirque. Le chantier est un lieu de transformation du paysage, un lieu de travail où l'humain est minuscule, actif mais fragilisé. Je suis fascinée par l'élégance des grues qui se dressent dans le ciel et par leur mécanisme. Les différentes strates dans la fosse déploient toute une gamme de couleurs purement picturales. L' espace en mutation d'un chantier se rapproche du travail de peinture en train de se faire", précise Isabelle Bonzom.


Grégoire de Gaulle a présenté

LOVE EXPLOSION
peintures récentes d'Isabelle Bonzom


Exposition personnelle du 23 mai au 21 juin 2008 -
Galerie d’Est et d’Ouest, 1 rue Francis de Pressensé, 75014 Paris


Grégoire de Gaulle et Isabelle Bonzom ont proposé

Regards croisés, I,
rencontre entre Baldine Saint Girons, philosophe, et Pierre Sterckx, critique d'art



"Les peintures d’Isabelle Bonzom unissent le fluide au clair et au lumineux, donnant le sentiment aigu du kairos, instant propice où les choses se révèlent"
écrit Baldine Saint Girons.

"Isabelle Bonzom peint la saveur des choses et, par ses recherches sur le vif de la couleur, elle explore ce qui passe et devient"
ajoute Pierre Sterckx.

Cliquez sur
"Conférence de Baldine Saint Girons et Pierre Sterckx"

pour visionner un extrait du film tiré de cette rencontre.

Lire également la conversation entre Pierre Sterckx et Isabelle Bonzom

 

Le 7 juin 2008, Grégoire de Gaulle et Isabelle Bonzom ont proposé

Regards croisés, II,
rencontre entre Paola Cocchi, psychothérapeute,
et Eurydice Trichon-Milsani, critique d'art


"Tu nous proposes, à travers un itinéraire pictural, un univers fait de différents milieux, un monde de passages et de métamorphoses"
précise Paola Cocchi.

"Toute cette variété foisonnante, cette exubérance modérée, sont un don précieux que l'artiste prodigue à un moment où la peinture se fait rare"

souligne Eurydice Trichon-Milsani.


Cliquez sur
"Conférence de Paola Cocchi et Eurydice Trichon-Milsani"

pour visionner un extrait du film tiré de cette rencontre.

 


EN 2007

Du 22 novembre au 14 décembre 2007,
Jacques Deret, Président de Sara Lee C&T France a présenté
une exposition d'Isabelle Bonzom

Paysages, un parcours pictural au sein de l'entreprise

Commissaire de l'exposition d'Isabelle Bonzom
: Virginie Boissière

Sara Lee en France renoue avec l'initiative prise par les fondateurs de l'entreprise au début du XXème siècle aux USA, collectionneurs de Matisse, Bonnard, Vuillard ou Braque à Chicago, en introduisant l'art actuel au sein de l'entreprise. Jacques Deret invite donc Isabelle Bonzom à exposer au siège de Sara Lee, à Villepinte.

Du 22 novembre au 14 décembre 2007, l'exposition Paysages, un parcours pictural au sein de l'entreprise a présenté une trentaine de peintures d’Isabelle Bonzom, réalisées de 1998 à 2007 : chantiers, RER, vues citadines, forêts urbaines, jardins, tels des lieux d'actions, d'échanges, de repos ou de rêveries. Une occasion exceptionnelle offerte aux collaborateurs et aux visiteurs de Sara Lee d’approcher l’art différemment et de générer rencontres et dialogue.


La Zona Red Hook Art Show
New York

Exposition collective consacrée au dessin, du 1er au 14 juin 2007



À l'occasion de cette manifestation à Brooklyn, Virginie Boissière, commissaire d'exposition, a choisi de présenter une dizaine d'aquarelles d'Isabelle Bonzom de 1997 à 2007 tirées de trois séries: arbres, bulbes et corps masculins. À propos de cette première série de nus, de 1995 à 2002, lire deux articles, l'un par l'historienne de l'art, Marie-France Braeckman, et l'autre écrit par la critique d'art, Eurydice Trichon-Milsani.

 

PEINTURES VIVES
Isabelle Bonzom, Caroline Lejeune, Julie Polidoro
Galerie 1ère Station et Mairie du 1er Arrondissement, mars 2007

Ce trio d'artistes a été réuni pour la première fois par le critique d'art Pierre Sterckx et formé, en 2006, à l'occasion d'expositions organisées par la Galerie Taché-Lévy à Bruxelles, durant la foire d'art contemporain ArtBrussels, en avril, puis à la galerie même, en septembre-octobre.
Du 5 au 17 mars 2007, en conjonction avec la Journée Internationale des Femmes, le trio a exposé à Paris, à la Mairie du 1er Arrondissement et à la Galerie 1ère Station. À l'initiative de Françoise Schmitt, directrice de l'IESA, et en partenariat avec la Mairie du 1er, l'exposition Peintures vives a été organisée par Virginie Boissière. Peintures vives est la manifestation d'une peinture de son temps, sans nostalgie, une peinture vivante liée à ce qui l'entoure et à des problématiques contemporaines.
Gérée par l'IESA, la Galerie 1ère Station anime, en 2007, des vitrines 1900 classées monuments historiques, longues cimaises lumineuses, situées dans la station Palais-Royal. À la Galerie 1ère Station, Isabelle Bonzom a pris en compte le contexte du métro en soulignant la notion de passages dans les thèmes iconographiques exposés et dans le langage pictural: passage souterrain, lieu de passage, échanges et mutations. Isabelle a présenté des tableaux tirés de ses séries de chantiers, de scènes de métro, de RER et de trafic dans le paysage urbain ( cf. page Peintures). À la Mairie du 1er Arrondissement, elle a exposé d'autres paysages urbains ou plus "naturels", où le végétal prend une place primordiale ( cf. Recherches actuelles)


Grégoire de Gaulle a présenté en février 2007 à la Galerie d'Est et d'Ouest,

ISABELLE BONZOM-PEINTURES,
exposition personnelle

Du 1er au 22 février 2007, Grégoire de Gaulle a présenté une exposition des peintures d'Isabelle Bonzom : un choix d'une vingtaine d'aquarelles sur papier et d'huiles sur toile ou bois, réalisées durant ces quatre dernières années. Cette exposition abordait la diversité des thèmes iconographiques chers à l'artiste : étals de boucherie, scènes de métro, vues citadines, forêts urbaines … Cette présentation a permis de découvrir les particularités du style d'Isabelle Bonzom: rapport étroit entre le médium et le support, vigueur et souplesse de la touche, jeux de transparences et d'opacités, intensité chromatique, échange constant entre la peinture et les thèmes iconographiques, etc. Les problématiques se nourrissent les unes des autres : l'espace du paysage laisse à nu le support; les corps et le végétal révèlent les incarnats et envahissent progressivement les vues urbaines.


Pour plus d'informations sur les expositions, cliquez sur CV , Actualité et Biographie


Retour